Les outils du pharmacien Manager au service de la gestion du stock, de l’optimisation des achats, de l’animation de ses équipes, de la formation et de l’organisation.

La gestion 3.0 de l’officine, nouvel outil de fidélisation

La pharmacie est aussi un projet d’entreprise. En s’appuyant sur une organisation interne optimisée, la réalisation des missions du pharmacien s’en trouve facilitée. Au cœur de ces missions, apporter un service à forte valeur ajoutée est un atout pour fidéliser une clientèle parfois attirée par les sirènes du Web.

 

Innover dans la gestion de l’officine pour répondre aux attentes des patients

L’usage d’internet (84% de la population est internaute1) et du smartphone (58% d’équipement en 2015 selon l’ARCEP1) ont modifié les comportements et les modes de consommation des Français. Désormais avoir à portée de clics un accès illimité à l’information, à un choix large de produits, comparer, commander, donner son avis sont devenus les nouveaux standards. Pour répondre à ces nouvelles exigences des patients éclairés, impatients et exigeants, la pharmacie d’officine va devoir gagner en efficacité et proposer davantage de services de santé.

Ainsi, offrir aux clients de la pharmacie la possibilité de scanner son ordonnance et la transmettre à l’officine, proposer la prise de RDV pour des entretiens pharmaceutiques, permettre la e-réservation de produits de parapharmacie ou d’automédication sont autant de services qui facilitent la visite des clients.

En pratique, pour garantir un service non déceptif, c’est l’ensemble de l’organisation de la pharmacie qui se trouve impactée. Start-up, groupements et logiciels de gestion de l’officine ont imaginé des solutions « web to store » adaptées à l’exercice officinal tout en protégeant les données sensibles des usagers.

 Retrouver ces services innovants au sein de la pharmacie

Communiquer et mettre en avant ces services sont un prérequis pour en développer l’usage auprès des clients. Mais intégrer ce nouveau flux de contactsdans l’activité de l’officine reste un défi.Une gestion en temps réel des stocks et de l’agenda sont nécessaires et l’agencement de son officine devient un prolongement des services disponibles online. Ainsi,il peut être nécessaire de repenser son espace d’accueil pour introduire un comptoir de retrait rapide, un espace de confidentialité…

Retrouver plus de temps de présence face aux clients reste le service le plus fidélisant. En organisant ses stocks dans un robot ou un automate, le pharmacien et son équipe se recentrent sur leur cœur de métier : apporter un conseil de santé lors de la dispensation. Au lieu de partir récupérer les boîtes dans des tiroirs, l’appel des produits sur le logiciel est ultra rapide et les boîtes arrivent au comptoir sans avoir à quitter le patient. De plus, robotiser ses stocks présente également des avantages pour réduire les erreurs de stocks etla démarque inconnue, ou réaliser rapidement son inventaire.

Les écrans digitaux, qui font leur apparition en pharmacie, allient effet visuel très impactant et merchandising dynamique avec une immobilisation minimum du stock. Ces écrans couplés au robot ou au logiciel de l’officine permettent en quelques clics de modifier son linéaire selon l’actualité, mettre en avant certains produits, faciliter le conseil associé et démultiplier sa surface d’exposition.

Ces outils et services sont inimaginables sans une équipe compétente et acquise à ces innovations. En effet, ces changements peuvent parfois être vécus de façon trop radicale en interne. Les talents de management du titulaire s’emploieront à faire adhérer l’ensemble de l’équipe à ces outils et cette nouvelle façon de travailler. Pour l’y aider, les solutions de formation à distance permettent de se former tout en s’adaptant au rythme irrégulier de l’activité en pharmacie. Les catalogues de e-learning et de MOOC proposés par les organismes de formation agréés ou les laboratoires ne font que se développer. Tout comme l’essor des plateformes en ligne de recrutement qui mettent en relation les aspirations des candidats avec un projet d’entreprise, une solution efficace pour constituer l’équipe.

Enfin, même la transaction d’officine innove pour faciliter la mise en relation entre vendeurs et acquéreurs.

La gestion 3.0 de l’officine n’est ni plus ni moins qu’améliorer la rencontre entre l’offre et la demande et remplacer les taches à faible valeur ajoutée par une machine intelligente.

Cet article a été rédigé pour PharmagoraPlus en janvier 2017.

[1]« Baromètre du NUMÉRIQUE édition 2015 » – Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes (ARCEP)

Infographie : Digitaliser l’officine en 7 étapes – Mise à jour 2017

Le recrutement en officine à l’heure du digital

Récemment Facebook et le Bon Coin annonçaient se positionner sur le marché de l’emploi. En effet, avec une base d’usagers de plus en plus large, ces plateformes de mise en relation entre particuliers se verraient bien remplacer LinkedIn. On imagine aisément trouver sa babysitter sur Facebook mais l’usage sera-t-il au rendez-vous pour le recrutement de […]

Que retenir de Pharmagora Plus édition 2016 ?

Que retenir de Pharmagora Plus édition 2016 ? Le week-end du 2 et 3 avril s’est tenu la deuxième édition de Pharmagora Plus, l’historique salon dédié aux pharmaciens a été repris en 2014 par la société CloserStill Média qui axe l’évènement sur le « futur de la pharmacie ». Au niveau de l’espace d’exposition recentré sur un […]

Les enjeux du digital pour l’officine

Les enjeux du digital à l’officine Je vous propose une synthèse pour comprendre : Pourquoi apporter des outils numériques en pharmacie ? Les nouvelles attentes des patient-consommateurs, l’arrivée de pure-players sur les marchés périphériques et la valorisation du pharmacien. Quels sont les activités et les services concernés ? Être au service de ses patients et apporter […]

Le casse tête de l’affichage des prix des médicaments en pharmacie

Ça grogne en pharmacie suite à la publication de l’arrêté définissant les règles d’affichage des prix des médicaments en pharmacie.

Conformément à la législation en vigueur pour tout commerce, le pharmacien est tenu d’informer le patient de l’ensemble des tarifs pratiqués (article L.113-3 du code de la consommation). Concernant le prix d’un médicament éligible à un remboursement par l’assurance maladie, celui-ci est fixé et révisable par le CEPS (le Comité Economique des Produits de santé).

Démo-Appli-Santé-Gouv

l’application medicaments.gouv

Jusqu’au 1er juillet 2014, la vignette pharmaceutique indiquait le prix et le taux de prise en charge sur les boîtes de médicaments remboursables. En la supprimant, l’objectif du gouvernement était « de moderniser, de sécuriser et de fluidifier les circuits de distribution et de remboursement des médicaments. L’information des patients sera améliorée, tant sur les prix que sur les caractéristiques des médicaments » selon le communiqué de presse datant du mois de mai 2014. Lire la suite

Le digital, une opportunité pour les groupements ?

Les habitudes des consommateurs changent. Une tendance de fond émerge : l’hyper-connectivité des consommateurs et un changement des usages de consommation. Certes, cette tendance est bien plus présente dans d’autres secteurs (tels que les équipements high tech, l’habillement, ou le bricolage) et à des degrés divers quant à l’offre proposée. La pharmacie n’est pas comparable aux produits de grande consommation par la nature des produits disponibles (les médicaments ) mais les consommateurs, qui ont adoptés de nouveaux usages dans leur vie quotidienne, vont à terme rechercher les mêmes services auprès de leurs pharmacies.

Quelles évolutions apporter en pharmacie pour satisfaire un patient-consommateur qui devient expert, exigent, volatil et connecté ?

Lire la suite