La relation entre le patient et le pharmacien

Les projets du 1er hackathon sur la data en pharmacie

En parallèle du Congrès National des Pharmaciens 2019 à Bordeaux, R+/Résopharma et l’Anepf (Association nationale des étudiants en pharmacie de France) ont co-organisé un Hackathon sur la thématique « Health Data Hub : Les données de santé au service du pharmacien d’officine »

Pendant 36h, une vingtaine d’étudiants et de professionnels aux profils pluridisciplinaires (pharmaciens, développeurs, UX designers, business…) ont imaginé un usage innovant des données au service du pharmacien. L’objectif est de répondre à des problématiques comme la prédiction des ventes en pharmacie ; le repérage, l’analyse et le suivi des patients au service des nouvelles missions du pharmacien ; mieux connaitre le patient ; l’organisation au quotidien …

La fondatrice de La Pharmacie Digitale, a fait partie du jury présidé par Jean Marc Aubert, Directeur de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) au coté de Laurence Bouton, directrice des relations institutionnelles Alliance Healthcare Group France, Marine Couvé, Vice-Présidente Perspectives Professionnelles de l’ANEPF, Philippe Gaertner, président de Résopharma et Valérian Ponsinet, Responsable des projets pharmacie numérique et transmission de l’officine de la FSPF. Deux projets ont été récompensés : ça marche, le meilleur projet a remporté 3 000 € pour continuer à développer son projet et Arma, le coup de cœur du jury.

Hackathon Résopharma Anepf

Les pitch à l’issue du hackathon

  1. SATYA, l’humain au cœur de l’officine, propose une sur-couche logicielle qui centralise l’ensemble des informations médicales et administratives du patient. Pour chaque patient, le pharmacien dispose des informations à jour ou d’alertes si une action est requise et met à profit son temps non plus sur des recherches de nature administrative (complémentaire santé, coordonnées du prescripteur …) mais sur la dispensation. Au-delà de l’agrégation de bases de données, SATYA ambitionne de s’appuyer sur un algorithme d’analyse de la délivrance pour la sécurisation du patient (interaction médicamenteuse).
  2. P4pillon, est un logiciel métier disruptif basé sur la coopération entre les professionnels de santé et une nouvelle organisation à l’officine. Déjà en place, P4pillon fait ses preuves sur son territoire et son réseau Millesoins. « Faire plus avec moins et mieux » passe par revoir la place du pharmacien dans le parcours de soins (anticipation des sorties hospitalières et lanceur d’alerte) et une rationalisation des stocks gérés au patient.
  3. Ça marche, « Integrated patient data », est un agrégateur des données médicales du patient (du DMP et du PD) intégré au logiciel métier du pharmacien. Les données hétérogènes sont alors rendues faciles à interpréter et permettent de faire des analyses par segmentation et prédictives pour la pharmacie. Cette équipe internationale a remporté le prix du jury.  
  4. Pharmadex, est une application mobile de scan d’ordonnance et de e-réservation de produit pour les patients. Le pharmacien peut ainsi mieux anticiper l’arrivée du patient au comptoir et l’orienter vers les missions qui lui seraient le plus indiquées.
  5. Arma, est une surcouche logicielle de data visualisation des données enregistrées dans le logiciel métier et dotée d’un module centré sur le patient. Arma aide le pharmacien à mieux faire de la prévention de santé auprès de sa patientèle (rappel de vaccination, entretiens pharmaceutiques…) et optimiser le potentiel commercial de l’officine. Le projet a remporté le coup de cœur du jury.

Ce hackathon met en évidence le rôle clef des données du logiciel métier et les besoins de plus en plus prégnants des pharmaciens de connaitre plus finement leur patientèle. (Les sujets du Health Data Hub et de la data avaient été traités dans cet article).  

Par ailleurs, les données des patients à l’officine sont une partie intégrante du parcours de santé et de vie des patients et à ce titre, les partager avec une équipe de soins sont une innovation d’usage au service du pharmacien correspondant (art. 39 de la LFSS 2019).

Les éditeurs de logiciels métier auront sans doute entendu le message et poursuivront leurs développements vers un logiciel métier centré sur le patient et interopérable avec leurs homologues en ville et à l’hôpital.

C’est officiel pour la téléconsultation en pharmacie !

La publication au journal officiel le 6 septembre officialise les modalités négociées entre les syndicats de pharmaciens et l’assurance maladie pour la téléconsultation (avenant 15 à la convention pharmaceutique). Qu’est-ce que cela change pour les pharmacies ? On fait le point sur les avancées depuis le précédent article sur le sujet (en avril 2018).

Lire la suite

Pourquoi la livraison de médicaments peine à s’installer en pharmacie ?

Le très attendu « décret Conseils et Prestations »[1] en octobre 2018 cristallisait de grandes espérances de la part des pharmaciens depuis la loi HPST de 2009. Parmi les nombreux sujets concernés, la livraison est une des composantes.  

Dans l’enquête menée par Direct Medica pour Les Echos Etudes en juillet 2018[2],  83% des pharmaciens déclarent proposer la livraison de médicaments à domicile. Ils sont 11% à envisager de le faire d’içi 2015. En effet, les pharmaciens réalisent de façon ponctuelle à la demande de certains de leurs patients un service de portage de médicaments.
Toutefois, la question de la livraison doit être envisagée différemment pour le passage à l’échelle. Comment les acteurs s’organisent pour faire de la livraison un service différenciant ? 

Lire la suite

Infographies : services et nouvelles missions en pharmacie

Une série de 3 infographies illustre les enseignements clefs de la publication des Echos Etudes, en partenariat de La Pharmacie Digitale, sur les services en pharmacie d’officine.

Faut-il être sur Facebook pour une pharmacie ?


Le CREDOC a publié son baromètre des usages numériques pour l’année 2018.

On y apprend que désormais 89% des français surfent sur le web et plus d’un français sur deux est actif sur les réseaux sociaux , 93% des 18-24 ans mais 34% pour les 60-69 ans. L’internaute français passe en moyenne chaque jour 1h22 sur les réseaux sociaux (1) et Facebook domine largement en nombre d’inscrits.

Une lecture rapide de ces chiffres pourrait laisser penser que la pharmacie a toute sa place au plus près des usages de ses clients.

Toutefois, la pharmacie n’est pas un commerce comme les autres. Profession réglementée, le pharmacien est soumis à certaines restrictions qui sont antinomiques avec les règles des réseaux sociaux. L’Ordre national des pharmaciens a adopté un nouveau code de déontologie en octobre 2018 (en attente d’adoption par décret en Conseil d’État). Ce nouveau code va-t-il offrir des opportunités pour la pharmacie sur les réseaux sociaux ?

Lire la suite

Pharmaciens, il est temps de s’intéresser à la Data !

Pharmaciens, il est temps de s’intéresser à la Data ! Google vient d’annoncer que son intelligence artificielle, Lyna pour Lymph Node Assistant détecte 99% des cas de tumeurs mammaires et sans faux positifs tandis que les médecins ne détectent que 62% des cas. La technologie employée fait appel au deep learning, une IA forte qui a […]

RGPD et pharmacie après la mise en application du règlement européen

Les changements à compter du 25 mai 2018, date d’entrée en application du RGPD Cet article reprend les informations disponibles au 1er juillet 2018 sur la mise en conformité des pharmacies avec le règlement général pour la protection des données (RGPD). Comme exposé dans  l’article publié en décembre 2017 sur le blog, le RGPD va donc vers […]

Bientôt de la télémédecine en pharmacie ?

Bientôt de la télémédecine en pharmacie ? Alors que les négociations conventionnelles avec les syndicats de médecins battent leur plein sur la prise en charge des actes de télémédecine, les pharmaciens seront les prochains autour de la table avec l’assurance maladie obligatoire pour le conventionnement de ce service en pharmacie. Qu’est ce que la télémédecine et […]

La pharmacie doit-elle avoir peur d’Amazon ?

La pharmacie française doit-elle avoir peur d’Amazon ? La vente en ligne ne cesse de croître en France avec 1,2 milliard de transactions en ligne réalisées en 2017 soit une croissance de 20,5%. Portée par des cyberacheteurs toujours plus nombreux (37 millions), une augmentation du nombre de sites marchands actifs (+10%) et par l’augmentation de la […]

RGPD, Data et pharmacie d’officine, ce qui change en mai 2018

RGPD, Data et pharmacie d’officine, ce qui change en mai 2018. La pharmacie est un lieu de production et de collecte de données et à fortiori de données personnelles de santé. Au 25 mai 2018, le règlement européen, voté 2 ans plus tôt, entrera en application directe pour tous les états membres[1]. Les entreprises ont […]