Que retenir de Pharmagora Plus édition 2016 ?

Le week-end du 2 et 3 avril s’est tenu la deuxième édition de Pharmagora Plus, l’historique salon dédié aux pharmaciens a été repris en 2014 par la société CloserStill Média qui axe l’évènement sur le « futur de la pharmacie ».

Au niveau de l’espace d’exposition recentré sur un seul niveau, figuraient en bonne place les nombreux équipementiers (robotique et PDA) et agenceurs. Les groupements de pharmaciens PHR et Paris pharma partenaires de l’évènement ont fait de l’ombre à Pharmavance, leader Santé et Univers Pharmacie également présents. Les incontournables objets connectés de santé étaient représentés par iHealth et Visiomed. Les pure-playeurs se répartissaient entre les prestataires de sites Web (Pharminfo), les plateformes de e-commerce (Doctipharma) et de nouveaux services telle que des applications mobile de conseil et de push promo (PharmaPocket).

Enfin, les laboratoires avaient une nouvelle année boudé le salon, seuls Arrow Générique et EG labo étaient présents ainsi que de nombreuses marques de cosmétiques en quête de notoriété.

La presse spécialisée, première source d’information des pharmaciens, et partenaire de Pharmagora Plus a d’ailleurs publié des numéros spéciaux. Pharmacien Manager en partenariat avec Les Echos Etudes et Direct Medica a interrogé les pharmaciens sur leur perception de l’avenir de la pharmacie. Deux enseignements : les titulaires sont plutôt pessimistes (80% des répondants) et imaginent la pharmacie de demain calquée sur le modèle existant. La principale conviction sur les changements d’activité porte sur le vente en ligne d’OTC et de parapharmacie qui semble inéluctable pour plus de 41%, avec Amazon en principal acteur de l’Ubérisation des pharmacies (23%). Enfin, les pharmaciens se sentent bien préparés à l’adhésion à une enseigne (53% des répondants).

Pharmagora Plus aura-t-il su éclairer les pharmaciens sur les perspectives de leur exercice ?

Que retenir de ce salon Pharmagora Plus ?

Ainsi, à l’image des stands les plus imposants, le salon affiche donc sa volonté de se positionner comme le salon de référence en amont de toute réflexion à l’installation ou au réagencement de l’officine ; le salon des dernières innovations pour se démarquer.

Les innovations sur les stands

Du coté des objets connectés, sur un magnifique stand avec en prime une démonstration holographique, Visiomed présentait sa gamme dédiée à la santé (MyTensio, MyGluco, MyOxy et MyThermo) mais surtout sa plateforme BewellConnect® et ses services BewellCheck-Up® et MyDoc®. Véritable assistant personnel virtuel dans le suivi de sa santé, la plateforme collecte les données des objets de santé connectés (agrément d’hébergement de données de santé), celles-ci sont soumises à un algorithme, My virtual doctor qui détermine les valeurs anormales selon le profil patient et alerte sur la conduite à tenir sur une échelle à 5 niveaux, de la surveillance à l’appel aux urgences, dont la mise en relation avec un médecin (MyDoc®, plateforme téléphonique assurée 24/24 par des médecins pour du télé-conseil). Visiomed propose donc aux pharmaciens une solution de produits et de services répondant à leurs attentes : une gamme complète d’objets connectés de santé et le monitoring du patient. Reste à convaincre les officinaux d’investir ce marché émergent, pour ce faire, Eric Sebban, le PDG du groupe, a annoncé en conférence des formations sur toute la France auprès des pharmaciens.

Hologramme My Virtual Doctor sur le stand de Visiomed à Pharmagora Plus 2016

Hologram Visiomed

Les automates sortent du back office pour s’afficher sur le point de vente avec des murs digitaux ou des bornes digitales. BD Dispensing, pour lequel je suis intervenue en conférence, est l’acteur le plus abouti sur ce segment et présentait pour la première fois en France sa borne de commande rapide Rowa Vpoint. Cette borne autonome permet de proposer le catalogue de parapharmacie et d’OTC en libre accès aux clients désireux de ne pas patienter qu’un comptoir se libère pour un achat rapide ou consulter des informations sur un produit. Connecté à un automate et éventuellement à un système de paiement, l’édition d’un ticket de préparation permet de récupérer les produits à un comptoir dédié pour proposer un réel gain de temps tout en accompagnant la vente de médicament.

Borne digitale Rowa V point de commande

Borne digitale de commande

Autre innovation présentée en conférence par ce même fabriquant, un espace de vente on-line déporté sur un écran extérieur à la pharmacie (centre commercial, entreprise). Ce concept commercial encore au stade de projet et basé sur le QRcode shopping s’adresse aux officines désireuses de développer leur site e-commerce ou générer du trafic sur le point de vente (click&collect®) en captant une nouvelle clientèle.

Le laboratoire Arrow Générique a présenté Abox Note son application mobile d’aide à l’observance à double entrée : pour le patient et pour le pharmacien. Interopérable avec 140 objets connectés de santé ou bien être et collaborative, l’application mobile permet au patient de suivre ses données et de les partager avec son pharmacien ou son médecin et de bénéficier de conseils adaptés à ses préoccupations de santé. Quant à l’espace dédié au professionnel de santé, celui-ci peut superviser l’état de santé de ses patients en se rendant sur son interface et être alerté par un code couleur de valeur anormale. L’application est également un support ludique et archivé pour la conduite des entretiens pharmaceutiques.

abox_note ARROW
Les Oculus sur le stand de Média6 à Pharmagora Plus

Enfin, sur son stand, l’agenceur Media6 Pharmacie proposait de visiter une pharmacie en réalité virtuelle grâce aux Oculus. Outil de communication créé pour le salon, l’expérience est bluffante .

Les conférences

De nombreuses conférences ont rythmé ces 2 jours de congrès autour de l’évolution du métier de pharmacien, de gestion de l’officine, de formation mais surtout du digital qui a été le thème récurrent de nombreuses interventions.

Les maîtres mots ont été « service » et « ubérisation » : la distribution du médicament est une activité Ubérisable ; le conseil et les services aux patients sont les ressources de la valeur ajoutée au comptoir et les remparts des pharmaciens face aux acteurs extérieurs au circuit officinal.

Les intervenants, quelle que soit leur appartenance (groupement, prestataires, société d’étude, fabricants), ont tous fait le même constat de la nécessité de s’adapter aux évolutions de la société et des patients consommateurs. Connectés, mobinautes et cyber-acheteurs, les consommateurs sont désormais des patients avertis (87% de patients consultent Internet sur leur question de santé) et en attente de service, habitués à gagner du temps, faire des économies ou accéder à une offre large à n’importe quel moment, quel que soit le support.

Dans ce contexte, le e-commerce peut-il être une solution d’avenir pour la pharmacie ?

Pour Doctipharma qui ambitionne de reproduire le maillage des officines sur le Web, la réponse est oui et pour tout type de pharmacie. Doctipharma a présenté la plateforme et sa nouvelle application smartphone. Les 55 pharmacies qui commercialisent leurs produits sur la plateforme seront désormais accessibles via l’application qui propose en plus un service de scan et d’envoi d’ordonnance, un module d’observance de rappel de prise des médicaments et la localisation de pharmacie, notamment lors des gardes de nuit et week-end.

Et encore improbable il y a quelques années, Amazon est venu séduire les pharmaciens lors d’une conférence : les 20 millions de visiteurs par mois, peuvent faire rêver les pharmaciens ! L’expert de la logistique du e-commerce propose donc en option aux pharmaciens une solution pour sous-traiter leurs expéditions et accéder aux clients Premiums. Au regard de l’accueil de la salle, les mentalités ne sont pas encore prêtes.

Appli mobile Doctipharma

Enfin, sur le réseau Twitter, le faible nombre de twittos durant Pharmagora Plus est un indicateur du manque de maturité digitale du secteur.

L’évangélisation de la profession et de ses acteurs est un pré-requis à toute démarche de digitalisation et facteur de succès à l’adoption de ces outils numériques au service du pharmacien et des patients. Le chemin est encore long sur le terrain mais les messages transmis au cours du salon indique les tendances à suivre ainsi que les prestataires et fournisseurs les plus à même d’accompagner les pharmaciens dans une stratégie pérenne sur le long terme.

RDV en 2017 pour la prochaine édition !

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] est visitée par un réseau de délégués. Lors de la précédente édition du salon Pharmagora (lien vers l’article sur le salon), Eric Sebban, PDG de Visiomed, annonçait un partenariat avec l’enseigne Ma Pharmacie […]

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *